Valérian et la Cité des mille planètes

31 juillet 2017

« Valérian et la Cité des mille planètes » ? Et elle est où Laureline ? Du calme, je l’ai entendu souvent mais rien de dramatique, au départ la série a été publiée sous le titre « Valérian agent spatio-temporel » et ce n’est qu’en 2007, soit 40 ans plus tard avec L’Ordre des pierres, que la BD s’est intitulée « Valérian et Laureline ». Ce n’est donc qu’un retour aux sources.

Publiée à l’origine dans le magazine Pilote, la BD « Valérian et Laureline » de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières est considérée comme la première grande série populaire de science-fiction franco-belge. George Lucas s’en est même inspiré pour Star Wars. Du coup, lorsque la nouvelle d’une adaptation de la licence sur grand écran par Luc Besson est arrivée à mes oreilles, j’ai de suite été à 2000 ! Ajoutons que le souvenir des moments passés devant le 5ème élément n’était pas étranger à cette hype. Léon, Nikita, le Grand Bleu, Subway, le 5ème élément font partie de ces films culte qui ont marqué mon adolescence et pour ça Besson fera toujours partie de mes réalisateurs préférés.

ATTENTION SPOIL EN APPROCHE

Le film débute sur « Space Oddity » de David Bowie, et des images d’archive datée de 1975 où on voit la rencontre hautement symbolique de cosmonautes russes et américains en orbite. Cette intro est à la fois surprenante (l’espace d’un instant je me suis quand même demandée si je ne m’étais pas trompée de salle…), intelligente (elle explique comment s’est créée Alpha la citée des mille planètes) et amusante. On est rapidement plongés dans cet opéra spatial qui foisonne d’une multitude de créatures extra-terrestres, de planètes exotiques comme celle où vivent les Pearls qui n’ont rien à envier aux aliens d’Avatar.

Image associée

Au niveau de l’immersion, j’ai été déçue par la BO d’Alexandre Desplat qui est trop discrète, voire quasi inexistante. J’aurais aimé avoir des thèmes plus pêchus qui portent davantage l’action !

Visuellement le film et les effets spéciaux sont magnifiques. La séquence qui se déroule dans le « big market transdimensionnel » avec le coup des lunettes et les passages entre le monde réel et le monde virtuel est une vraie réussite. Tout au long du film on retrouve l’univers de Christin et Mézières avec notamment le bestiaire (le Transmuteur Grognon de Bruxte qui ici n’est pas grognon du tout car il n’est pas exploité pour faire de la monnaie, les espions Shingouz qui connaissent tous les petits secrets de la galaxie qu’ils vendent aux plus offrant), le design des vaisseaux spatiaux etc…

Résultat de recherche d'images pour "valérian transmuteur"Résultat de recherche d'images pour "valerian shingouz"

On sent vraiment le souhait de Luc Besson de respecter l’ambiance de l’œuvre au point que pour moi le personnage principal du film, c’est l’univers lui-même. Après, il ne s’empêche pas de créer ses propres extra-terrestres et de faire d’autres références (je crois avoir vu passer une Jessica Rabbit).

Résultat de recherche d'images pour "valerian and the city of a thousand planets référence"

Finalement, les seuls qui ne sont pas vraiment raccord avec l’univers, ce sont les agents Valerian et Laureline…

Résultat de recherche d'images pour "valérian et laureline"

Je sais que le casting est quelque chose de très subjectif et qu’il s’agit d’une adaptation avec toutes les contraintes que ça implique, mais Dane DeHaan n’est pas super crédible dans le rôle du charmeur et tombeur de ces dames. Il l’est davantage dans le registre du gamin prétentieux, séducteur looser sans grande expérience avec les filles, du coup on a un peu du mal à croire que sa drague soit efficace et qu’il enchaîne les conquêtes. Après le côté vantard, taquin et tête brûlée sont bien respectés.

Quant à Laureline, je trouve Cara Delevingne plutôt crédible. Elle a un côté espiègle, elle est jeune et jolie. Son caractère fort, son courage et son impertinence sont fidèlement reproduits à l’écran. Le personnage est habituellement représenté avec une chevelure rouge, mais concrètement c’est secondaire. On a qu’à dire que ses cheveux sont blonds vénitien^^. Et puis là, elle est blonde dans la BD !

Résultat de recherche d'images pour "laureline sexy"

 Par contre, qu’est-ce que c’est que ce doublage de Laureline en VF ? A chaque fois qu’elle parlait, j’avais l’impression qu’elle était hors du film, comme s’il y avait un souci au niveau du mixage de sa voix, problème qui n’était pas présent pour les autres acteurs. Bref, c’était hyper gênant d’être sortie du film à chacune de ses phrases ! Si je dois revoir le film ce sera en VOST.

Résultat de recherche d'images pour "valerian and the city of a thousand planets"

Je passe sur le fait qu’aucune information n’est donnée sur leur rencontre spatio-temporelle, sur leur famille, leur vécu (ça aurait probablement été trop long à expliquer). J’aurais quand même aimé en savoir un peu plus sur qui les embauche et pour quoi faire. On sait juste que Valérian est un excellent pilote (9 ans dans l’armée, 7 médailles etc…), que lui et sa coéquipière forment un duo inséparable.

Résultat de recherche d'images pour "valerian and the city of a thousand planets"

En plus de leur côté ados blasés et détachés par moment, ce qui m’a vraiment dérangée, c’est la manière dont est traitée la relation entre Valérian et Laureline. On est dans de la drague bourrine qui manque beaucoup de subtilité. Les dialogues manquent également cruellement de finesse. On découvre le binôme en train de se chamailler avec un Valérian plus qu’insistant, qui passe un peu pour un gros lourd. On comprend que c’est supposé être un Don Juan et qu’il a un sacré tableau de chasse ce qui refrène Laureline. Elle refuse ses avances car il se lasse vite et ne convoite que ce qui lui est inaccessible. Je pense que ça aurait été peut-être amusant de les voir interagir avec les nombreuses conquêtes de son palmarès, histoire de pouvoir montrer la jalousie de Laureline et montrer qu’il a un fan club, ça aurait pu être intéressant sur le plan comique. Les seules choses qui semblent motiver Valérian quand il n’est pas en mission ce sont : les vacances, les plages de sable fin et pécho Laureline. On a un changement de comportement, quand elle lui sauve la vie. Il semble feindre le détachement ce qui l’agace comme si elle était en manque de reconnaissance. Via Bubble on se rend compte des vrais sentiments de Valérian. Après ça, la relation n’évolue pas énormément et se conclue sur : « l’amour, c’est se faire confiance ». Laureline retourne cet argument à la fin de la mission, en mélangeant le boulot et leur relation, pour convaincre Valérian de désobéir aux ordres, chose initialement impossible pour lui. Je résume brièvement, mais c’est ce qui ressort pour moi de ce 1er visionnage.

Image associée

A côté de ça, on a un scénario classique sans grande originalité. Le personnage joué par Clive Owen est loin d’être charismatique, sans être pour autant doté d’un potentiel comique, du coup ça m’a fait regretter notre cher Zorg dans le 5ème élément.

Rihanna est tout simplement sublime dans son interprétation de Bubble, une danseuse de cabaret. Dommage que son personnage ne soit pas davantage exploité scénaristiquement.

Résultat de recherche d'images pour "rihanna is bubble"

Alain Chabat qui apparaît en guest dans le rôle d’un pirate, est super bien grimé mais ça aurait été amusant qu’il ait une voix particulière en accord avec le physique de son personnage.

Sur le plan de la narration, cette manière de résumer le dénouement pour bien s’assurer que le spectateur comprenne bien tous les tenants et aboutissants, comme si on était dans une enquête de Columbo, j’ai trouvé ça hyper maladroit.

Quant à l’humour, c’est ma plus grosse déception. Trop de personnages ont un côté bébête, les gags tombent souvent à plat. Si certains y ont vu de la candeur, je n’ai pas été réceptive à l’humour que je qualifierais d’enfantin.

Bref, d’abord éblouie par le spectacle de cette épopée spatiale qui est vrai blockbuster, je suis finalement sortie de la salle un peu mal à l’aise, et je me suis même demandée si j’étais vraiment le public visé. Je suis un peu blasée parce que j’aurais adoré pouvoir vous dire que j’ai kiffé ce film de ouf… Espérons qu’un nouveau visionnage en VOST me le fera apprécier davantage.

5 commentaires



  1. Alain Chabat qui doit avoir la référence la mieux placé du film, soit dit en passant.
    Pirate. Il s’appelle Bob. Comprendrons ceux qui ont la référence.

    Comme plusieurs commentaires, le doublage de Laureline en VF m’a semblé totalement déconnecté. Le choix de voix ou la piste sonore ? aucune idée. J’attendrais la VO sur les sortie DVD/BRD.

    @Youpichan : a mon sens, il y a autant de différences entre le film de besson et la bd d’origine qu’entre la série d’animation et la bd d’origine.
    La série d’animation est plus fidèle sur l’origine des personnages, et s’attardera sur plein d’éléments tiré des BD, mais rajoute un méchant simpliste et un ennemi clairement identifié jusqu’aux derniers épisodes.



  2. Et le dessin animé éponyme, on en parle?? On retrouve toujours des références à la BD, mais il existe aussi un dessin animé (franco-japonais il me semble) très bien ficelé. Je n’ai jamais lu les BD, mais à lire les critiques du film, je pense que les 40épisodes sont assez fidèles à l’oeuvre originale.
    Ayant bien aimé (adoré au point de l’avoir déjà revu plusieurs fois) cette adaptation, je n’ai pas apprécié le casting du film. Valerian me semble bien trop jeune dans le film et Laureline….je n’ai pas en tête une autre actrice qui aurait pu interpréter ce rôle, mais Cara aussi, ne me plait pas ici.
    Tout cela pour dire que le casting m’empêche de regarder ce film…..
    Ce que j’apprécie, c’est cette critique objective, donc merci!!



  3. Je n’avais pas lu la BD avant de voir le film et je n’ai pas voulu le faire car les livres sont souvent bien meilleurs que les films à mon gout! Et il a fallu que je les lise en sortant pour me réconcillier avec cette épopée que tout le monde attendait et dont l’adaptation m’a franchement déçue.
    Certains paysages sont magnifiques, les effets speciaux sont (j’ai l’impression) plus présents que dans les précédents films 3D que j’ai pu voir, mais j’ai trouvé les dialogues vides et j’ai été particulièrement contente quand la fin s’est fait sentir.

    Comme tu le dis, le doublage français de Laureline ne collait absolument pas au personnage et m’a dérangée tout le film. Quand on voit la personnalité de Cara Delevingne dans la vraie vie, ce qui aurait permis de donner du tempérament au personnage, le doublage m’a laissé l’impression d’une pale copie de Léa Seydoux qui ne va absolument pas avec la situation (et Laureline a tout à envier à ton interprétation de Gaea l’invocatrice de Noob!). A voir si la VOST rend le même effet ou non.
    Quant au fond de l’histoire, je trouve qu’il a été gaché par l’insistance sur la relation qu’il existe entre les 2 personnages principaux. Le film est présenté comme étant un film de science fiction, d’aventure et d’action. Niveau aventure ce n’est pas exceptionnel mais niveau romance « je t’aime moi non plus », on est plutot bien.
    Les petits clins d’oeil à Jessica Rabbit et autres personnages célèbres m’ont bien plu et j’ai trouvé formidable le personnage de Bubble (dans lequel je ne m’attendais vraiment pas à retrouver une rihanna incroyable, mais pour le temps qu’elle est restée … je pense aussi qu’elle aurait du être davantage exploitée).

    Du coup, continue ce que tu fais, c’est vraiment super! Et au plaisir de voir tes prochaines videos et articles!
    Bettina



  4. Salut Gaza, j’ai vu le film hier et je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait de le revoir en Vo. Après je l’ai vu en 3D mais je ne vois toujours pas l’intérêt (avis perso) mais concernant l’avis général j’en suis satisfait après je n’avais pas flattante particulière c’est peut être la raison de cette satisfaction et de ce bon moment passé du début à la fin. Sinon j’aime beaucoup te suivre sur Facebook et je te souhaite une bonne continuation
    David



  5. Bonjour Gaea, moi j’ai adoré ce film que je recommande de voir en 3D. Je pense qu’il y a un message fort dans ce film de Besson, de dénoncer la bêtise humaine et de respecter plus sa planète. Le bestiaire et les E.T. de ce film sont extraordinaires. Les shingouz me font penser, avec leur esprit de survie aux E.T. de Men In Black, ceux qui boivent du café. Oui il y a des scènes inutiles à l’histoire mais je me demande si elles ne sont pas là en clin d’oeil comme la scène avec les boulan-bator qui me rappelle un Indiana jones avec la cervelle de singe (berk) et oui il y avait une Jessica rabbit. Alain Chabat ? Mais je ne l’ai pas reconnu du tout ! J’irais revoir bien volontiers ce film juste pour voyage dans l’espace avec les deux héros, même si je les trouve un peu jeunes pour ça. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *